Revue K - Université de Lille

K. est une publication électronique semestrielle.

Cette revue naît de la collaboration entre le laboratoire CECILLE et le département de Philosophie de l'Université de Messine.

Chaque numéro présente un dossier monographique dont les contributions et les essais sont évalués de manière anonyme par une double expertise extérieure (selon les procédures d'une « peer review »).

La revue présente cette articulation :

-      Editorial

-      Essays (les contributions autour du dossier)

-      Interview (un entretien avec un spécialiste de la question traitée dans le dossier)

-      Works (une seule contribution où un artiste, un écrivain, un poète ou un réalisateur réagit à la thématique du dossier)

-       Readings (une section pour des comptes rendus d'ouvrages liés à la thématique du numéro).

ISSN de la revue 2609-2484


Normes de rédaction en français

Normes de rédaction en anglais

Normes de rédaction en italien

Adresse de contact : contact-revue-k@univ-lille.fr

Suivre la revue sur facebook

Twitter : @KRevue


Qui est K. ? Une lettre pour une autre, qui ne dit presque rien. Une référence à Kafka peut-être. Façon de se défendre, comme l'écrivain pragois, en dissipant son identité dans l'anonymat, façon de répondre par l'absence. Façon de faire face à la catastrophe, en écrivant, en continuant à écrire. Dans une note de son journal, Kafka écrit : « Celui qui, vivant, ne vient pas à bout de la vie, a besoin d'une main pour écarter un peu le désespoir qui lui cause son destin, mais de l'autre main, il peut écrire ce qu'il voit sous les décombres ». La revue K. veut faire de cette réflexion sur la catastrophe (qui dure longtemps) une expression collective, d'écriture, de pensée, d’amitié, à travers plusieurs disciplines (notamment la philosophie, la politique, l’esthétique, les littératures et les arts) et plusieurs espaces géographiques, capable de mettre à l'épreuve du doute l'ordre du discours dominant.

Ouvrir après cette lettre, ce nom qui comporte sa propre négation, un espace d'écriture collective implique pour les initiateurs la même suspension. K. travaillera à partir du concept de « pouvoir destituant ».

Le pouvoir destituant est un contrecoup conceptuel face aux milliers de gestes et de raisonnements artistiques, politiques, existentiels qui pratiquent la défection, se soustraient au principe du pouvoir en place et de son renversement dialectique, la résistance. L’expansion globale des pouvoirs, la diffusion tentaculaire et supranationale des agences économiques et politiques destinées à gouverner le monde, ont épuisé la validité de la logique politique moderne qui a imposé l’opposition entre un pouvoir et un contre-pouvoir. La constellation inédite de subjectivités, liées à des formes nouvelles de la production et du pouvoir (les migrants, les travailleurs précaires, les travailleurs cognitifs, par exemple), impose, d'une part, de tracer une généalogie des figures, des gestes, des pensées qui se sont placés non contre, mais au-delà du pouvoir (Antigone, Chaplin, Kafka, Malevitch, Benjamin...), d'autre part, de produire des cartes des « contre-conduites », politiques, existentielles et artistiques, qui, aujourd'hui, sont en train de délégitimer l’ordre du moderne